« J’ai pris conscience que je ne serai probablement pas syndicaliste toute ma vie »

Christelle Boursin fait partie de la première promotion de mandatés qui a obtenu un certificat de compétences professionnelles, premier pas vers une démarche de repositionnement professionnel. Elle a ainsi bénéficié d’un nouveau dispositif d’accompagnement vers une certification inédite en tant que mandatée syndicaliste. En près de deux mois de réflexion et de travail, elle a préparé et réussi l’examen pour obtenir une reconnaissance de ces compétences acquises pendant ses mandats.

Cela fait déjà sept ans que Christelle Boursin est permanente syndicale à la Ville d’Angers. Elle cumule de nombreux mandats et des responsabilités comme secrétaire de sa section syndicale, élue au comité technique (CT) et à la commission administrative paritaire (CAP) et administratrice titulaire au comité d’action sociale (CAS). Quand l’union régionale de son syndicat l’a informée de l’existence d’une certification dédiée aux mandatés, la syndicaliste ne s’est pas tout de suite sentie concernée.

Montrer que l’on est capable de transposer ses compétences de syndicaliste dans un poste de travail

Christelle Boursin_certification mandate syndicaliste-min

Christelle, le jour de la remise de sa certification pour avoir obtenu le CCP Mise en œuvre d’un service de médiation sociale à la Direccte Angers, en juillet 2018. DR P. Arnal

« J’ai réfléchi et finalement, j’ai pris conscience que je ne serai probablement pas syndicaliste toute ma vie. Au bout d’un certain temps, ces mandats font que l’on est beaucoup sollicité. Cela représente une charge mentale permanente qui cause un sentiment d’usure et de fatigue », explique aujourd’hui la secrétaire de section syndicale. Si Christelle Boursin aime ce qu’elle fait et le fait avec rigueur et engagement, elle songe aussi à réintégrer un nouveau métier, peut-être celui de médiateur auprès des gens du voyage. Or, parmi les six premiers certificats de compétences professionnelles (CCP) créés pour les mandatés qui souhaitent obtenir une reconnaissance de leurs compétences, il existe celui de « Mise en œuvre d’un service de médiation sociale ». Après un temps de maturation de son projet, Christelle s’est donc lancée dans le dispositif créé par le ministère du travail via la Direccte et par l’Afpa*, pour accompagner les candidats.

Dès le premier atelier animé par un conseiller de l’Afpa, Christelle Boursin a retrouvé d’autres syndicalistes mandatés de la région, avec des parcours et des motivations différents. Tous ont en revanche bien pris conscience que d’une part leur mandat n’est pas une fin en soi et que d’autre part, il leur a permis d’acquérir des compétences qu’ils ne soupçonnaient pas.
Ecrire noir sur blanc les différentes tâches réalisées au quotidien dans un mandat, c’est d’ailleurs le premier exercice demandé au cours de l’atelier collectif. Ensuite, au fil des onze semaines qui les ont  menées jusqu’à l’examen oral, les mandatés ont dû : identifier les compétences qu’ils souhaitaient valoriser ; les illustrer par des activités réellement vécues dans le cadre du mandat ; les rapprocher des compétences requises pour obtenir le CCP et montrer qu’ils étaient capables de les transposer dans un poste de travail.

_____________

Consultez le guide de la certification des mandatés

____________

« Du travail personnel, un peu le soir, un peu le week-end »

Pour Christelle Boursin par exemple, si au quotidien, elle est en contact avec des agents ou salariés en difficulté, elle ne connaissait pas jusque-là le quotidien du métier de médiateur social. Or, pour pouvoir démontrer dans son dossier à destination du jury qu’elle serait capable d’intégrer ce nouveau métier, elle a dû chercher les moyens de combler ses lacunes. « C’est difficile d’argumenter sur ce qui est transférable ou pas dans notre expérience. Mais c’est un exercice intéressant de creuser et de réfléchir à ce que l’on fait réellement, puis de mesurer les écarts qui nous séparent du métier, analyse la candidate au certificat. Pour compléter mes connaissances, j’ai fait des recherches sur internet, sur le site de la profession, j’ai beaucoup lu et je suis allée à la rencontre de médiateurs professionnels. C’est un travail personnel que j’ai mené un peu le soir, un peu le week-end. »

 

En informer la DRH, puis faire une immersion sur le terrain

« Le plus contraignant est sans doute le travail de rédaction après la réflexion. Il faut rentrer dans les cases du référentiel, trouver la bonne situation pour argumenter, ne pas être redondant, etc. » Sur ce sujet, Christelle Boursin a pu s’appuyer sur Jean-Marie Mourot, référent Afpa chargé d’animer les ateliers, de conseiller et d’orienter les candidats. « J’avais un peu d’appréhension face à ce travail, puis pour préparer l’entretien oral avec le jury. Je me demandais si j’en étais vraiment capable. Mais l’accompagnateur m’a rassurée et m’a bien aidée à me préparer et à dégager les choses importantes à dire. »
Christelle Boursin a obtenu son CCP Mise en œuvre d’un service de médiation sociale fin juillet 2018. Elle l’a reçu des mains d’un représentant de l’Etat, un geste valorisant et confortant pour la suite. « Je vais d’abord en informer ma DRH et lui proposer d’échanger sur mon projet professionnel. Je pense que ce serait bien d’aller en immersion sur le terrain avec un médiateur des gens du voyage. »

________

Consultez les offres de formation pour membre de CSE

________

 

Fiche d’identité :
Age : 40 ans
Formation initiale : BTS assistante de direction
Entreprise : Ville d’Angers
Fonction : secrétaire comptable
Mandats actuels : secrétaire de sa section syndicale, élue au comité technique (CT) et à la commission administrative paritaire (CAP) et administratrice titulaire au comité d’action sociale, membre de la commission exécutive de l’union départementale, mandatée au Croct, le comité régional d’orientation des conditions de travail et du CDCA, le conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie.Temps de mandat : 100 %
Objectif :
CCP obtenu : Mise en œuvre d’un service de médiation sociale
CCP équivalent :Il lui reste à valider les CCP :
« Contribuer à une veille sociale et participer aux réseaux professionnels d’un territoire » et
« Faciliter et organiser des activités supports à la médiation sociale » (CCP sans équivalence pour les mandatés)
pour obtenir le titre professionnel de niveau IV (bac) : médiateur social accès aux droits et services

 

Philippine Arnal-Roux

 

*Afpa : agence nationale pour la formation des adultes

Consultez les formations en lien avec cet article :