Projet de transition professionnelle. « Le succès d’un PTP réside dans sa préparation »

Le projet de transition professionnelle est né avec la loi Avenir professionnel. Ce dispositif, opérationnel depuis janvier 2019, est à la main des salariés qui souhaitent se reconvertir. Stéphane Maas, directeur de l’association Transitions Pro Ile-de-France, donne les clés de réussite d’un PTP et de son financement.

 

Quelle est la logique du projet de transition professionnelle ?

stephane maas ATpro transition pro CPF Transition

Stéphane Maas, directeur de Transition Pro Ile-de-France. DR

Ce dispositif est ciblé sur la reconversion des salariés. Il prend le relais du CIF, le congé individuel de formation. Mais il porte d’autres ambitions. Le CIF était par exemple plus orienté sur la promotion sociale et servait plutôt des gens qualifiés. Avec le PTP, on vise un changement de métier. Le salarié peut envisager sa reconversion dans l’entreprise parce qu’il sent que de nouveaux métiers émergent et qu’il souhaite prendre les devants ou en dehors de l’entreprise parce qu’il souhaite changer de secteur d’activité par exemple. Une autre différence avec le CIF, c’est l’individualisation du parcours et de la formation du salarié.

 

 

 

_____________________

Consulter les offres de formation Défense des salariés

_____________________

 

Auparavant le CIF finançait des formations longues sans prendre en compte les compétences détenues par la personne. Ici, il s’agit de faire du sur-mesure. Avant d’engager un PTP et de présenter sa demande de financement à une association de Transitions Pro qui instruit le dossier, l’organisme de formation devra réaliser un positionnement préalable du salarié sur les blocs de compétences de la certification visée. Par exemple, si le référentiel de formation prévoit 100 h en anglais alors que la personne maîtrise bien cette langue, elle n’en fera peut-être que 50 h.

 

 

Qui sont les salariés concernés par le projet de transition professionnelle ?

  • Pour engager un PTP, les salariés du secteur privé en CDI doivent justifier d’une ancienneté d’au moins 2 ans consécutifs ou non dont 12 mois dans l’entreprise.
  • Il n’y a pas de condition d’ancienneté pour les travailleurs handicapés ou les salariés licenciés (pour motif économique ou pour inaptitude) et n’ayant pas suivi de formation entre leur licenciement et leur nouvel emploi.
  • Les salariés en CDD, les salariés intérimaires et les intermittents de spectacles peuvent prétendre au PTP selon des conditions spécifiques.

 

 

Comment un salarié peut-il mettre toutes les chances de son côté pour décrocher le financement de son projet ?

En le préparant minutieusement et en visant un métier porteur, c’est-à-dire dont les perspectives d’emploi sont réelles. Ce qu’il faut avoir en tête, c’est que lorsqu’elle examine le dossier d’un salarié, la commission paritaire interprofessionnelle (CPI) d’une association de Transitions Pro va croiser deux grilles d’évaluation. La première est notée sur 300 points. Elle va examiner trois critères cumulatifs : la cohérence du projet de transition professionnelle destinée à permettre de changer de métier ou de profession ; la pertinence du parcours de formation et des modalités de financement envisagées à l’issue de l’action de positionnement préalable ; et enfin, les perspectives d’emploi à l’issue de l’action de formation, notamment dans la région.

Cette étape évalue en quelque sorte la préparation du projet par le candidat. La deuxième grille est celle des priorités de financement des PTP définies par France Compétences [l’organisme qui régule l’écosystème de la formation – NDLR*]. Ces 10 priorités sont notées sur 20 points. Par exemple, si je choisis de me reconvertir sur un métier à forte perspective d’emploi, dit « porteur », au niveau de la région Île-de-France, j’obtiendrai 3 points sur 20. Idem si la personne vient d’un secteur en déclin sur la Région. Si le salarié a un bas niveau de qualification, son dossier obtiendra 5 points, s’il est salarié d’une entreprise de moins de 50 salariés, il décrochera un point, etc… Cinq priorités ont un caractère national, les cinq autres ont une dimension régionale.

 

 

____________________

Consulter les offres de formation Rôle et missions du CSE

_____________________

 

 

Où trouver les listes des métiers porteurs ?

 

  • France compétences a publié un guide de 20 métiers porteurs en 2021 sur son site. Ces 20 métiers complète une première liste éditée en 2020. Le tout est accessible en suivant ce lien : https://www.francecompetences.fr/fiche/20-metiers-en-particuliere-evolution-pour-2021/
  • Les Régions établissent également des listes de métiers porteurs sur leur territoire. Pour les trouver, il faut se rendre sur le site internet du Carif-oref de votre région.

 

 

Comment peut-on se faire aider dans cette préparation ?

Le salarié peut s’appuyer sur le conseil en évolution professionnelle, le CEP. C’est un service gratuit que l’on trouve dans toutes les régions. Le conseiller emploi l’aidera à mieux connaître le métier visé et ses contraintes, à savoir s’il s’agit d’un métier en émergence ou avec de fortes perspectives d’emploi.

Des listes de métiers existent au niveau de chaque région. Il pourra aussi l’aider à identifier les organismes de formation qui lui permettront de réaliser un positionnement préalable et de présenter un parcours de formation individualisé à la commission paritaire interprofessionnelle. La loi n’oblige pas le salarié à préparer son PTP avec un CEP. Mais s’il le fait, en Ile-de-France nous valorisons cette démarche en accordant un point au dossier. Par ailleurs, nous préparons une application qui permettra aux candidats d’évaluer le nombre de points que son projet pourrait recueillir. Il saura s’il a des chances de décrocher son financement ou s’il doit encore travailler son dossier. Le succès d’un projet de transition professionnelle réside dans sa préparation. Il faut bien compter six mois pour le faire sérieusement.

 

 

Les salariés se sont-ils emparés de ce dispositif ?

En 2020, nous avons reçu en Ile-de-France 9 500 dossiers. Cinq mille ont été financés. Au niveau national, ce sont environ 30 000 dossiers déposés pour près de 18 000  financés. Nous prévoyons une montée en puissance pour 2021, car si l’on analyse les données de la dernière enquête du Centre Inffo, 47 % des actifs préparent ou envisagent de préparer une reconversion. Un actif sur cinq serait déjà dans la phase de préparation. Nous voyons deux types de profils à travers les dossiers que nous examinons : les profils de reconversion subie – des salariés qui anticipent la destruction de leur emploi- ; les profils de reconversion choisie, pour l’instant encore les plus nombreux, souvent en lien avec un nouveau projet de vie.

 

____________________

Consulter les offres de formation Droit du travail pour les CSE

_____________________

 

 

 

Quelles démarches effectuer auprès de son employeur ?

 

Le PTP est à la main du salarié mais il doit demander à l’employeur une autorisation d’absence en respectant des délais : 120 jours avant le début de la formation si celle-ci est supérieure à six mois ; 60 jours si elle est inférieure à six mois. L’employeur peut refuser si le salarié ne remplit pas les conditions ou lui demander de reporter son projet de neuf mois maximum.

 

 

Tous les projets sont-ils finançables ?

Non, les formations financées doivent être certifiantes. Par ailleurs, cela dépend de la qualité du dossier et de priorités, mais aussi de nos moyens. En 2021, le taux d’acception des dossiers devrait être supérieur à 60 % en Ile-de-France. En 2020, il était de 55 %. Dans le cadre du plan de relance, 100 millions d’euros supplémentaires ont été fléchés sur le PTP ce qui porte notre enveloppe à près de 550 millions d’euros pour cette année. Pour faire plus encore, nous avons deux leviers. Celui des co-financements que nous allons chercher auprès d’organismes ou d’institutions comme les Régions, le FSE, le FNE, les opco dans le cadre des contributions conventionnelles.

Le deuxième levier tient à l’optimisation des parcours qui pourraient être plus innovants en intégrant par exemple des modalités pédagogiques comme l’Afest, la formation à distance, le blended-learning. En Ile-de-France, nous disposons d’un observatoire des coûts des formations, afin d’alerter si nécessaire les salariés qui déposent un dossier de financement, dont le devis ne nous paraît pas être conforme aux prix franciliens.

 

 

Comment est financé le PTP ?

 

  • Pour financer la formation, le salarié mobilise son compte personnel de formation. Notez que la formation choisie doit être certifiante pour être éligible au CPF. Si le dossier est accepté, l’association Transitions Pro prend en charge financièrement la rémunération du salarié qui devient « stagiaire de la formation professionnelle ». Il bénéficie du maintien de sa rémunération (entre 90 % et 100 % de sa rémunération selon la durée de la formation). Les frais de transport, d’hébergement peuvent être pris en charge par l’ATPro.
  • Durant le PTP, le contrat de travail du salarié est suspendu mais non rompu.

 

Anne-Cécile Geoffroy
A savoir égal
Agence de digital learning en social-RH

 

*NDRL : note de la rédaction