Mobiliser les salariés autour du conseil en évolution professionnelle

Pour sécuriser leur parcours professionnel, les salariés peuvent s’appuyer sur le conseil en évolution professionnelle, le CEP. Un service gratuit ouvert à tous les actifs pour les aider à construire ou renforcer leur projet. Reste à faire connaître ce dispositif. A ce titre, les élus du personnel peuvent être des relais de proximité efficaces.

 

Pas facile de réfléchir tout seul à son parcours professionnel. Pour se faire aider, les salariés peuvent s’appuyer sur le CEP, le conseil en évolution professionnelle. Cet accompagnement institué par la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi, permet à tous les actifs de se faire aider pour réfléchir à leur évolution dans l’entreprise, préparer un entretien professionnel, valider un projet de reconversion… et cela en dehors de l’entreprise.

 

Mais depuis 2013, le CEP est resté dans l’ombre faute de financement pour le déployer. La loi du 5 septembre 2018 corrige ce point. Désormais, une enveloppe est consacrée à son fonctionnement : entre 1 et 3 % de la contribution unique à la formation professionnelle et à l’alternance payée par les entreprises. France compétences a la responsabilité d’organiser ce nouveau marché en choisissant les opérateurs régionaux qui délivrent cette prestation et en contrôlant notamment le respect de leur cahier des charges.

 

______________

Consulter les offres de formation Fonctionnement du CSE

______________

 

Reste qu’en France, les actifs n’ont jamais eu pour habitude de faire le point sur leur carrière à moins d’y être contraint. « On ne vient pas voir un conseiller CEP quand tout va bien mais quand on a un caillou dans sa chaussure. Les salariés ne sont pas encore dans l’anticipation », a rappelé Tatiana Jacenko, responsable du pôle marketing et de la stratégie de l’Apec (opérateur du conseil en évolution professionnelle pour les cadres) lors de l’UHFP du Centre Inffo en janvier dernier.

Faciliter l’accès des salariés au CEP

L’un des enjeux des opérateurs de ce service public est d’individualiser l’accompagnement au plus près des aspirations du salarié mais aussi des besoins économiques et sociaux du territoire dans lequel il travaille. « Nous devons être dans la co-construction des parcours avec les bénéficiaires pour qu’ils se sentent impliqués, qu’ils saisissent les différents outils à leur disposition et que cette dynamique dure dans le temps », a expliqué Schany Taix, délégué général de la fédération des CIBC. Pour cela, le service proposé doit être accessible et souple avec selon les régions et les opérateurs un numéro vert pour un premier niveau d’information, une ouverture du service en soirée pour permettre aux salariés de rencontrer leur conseiller facilement en face à face ou à distance…

Les quatre principes du CEP

  • Tous les actifs peuvent bénéficier d’un conseil en évolution professionnel : salarié du secteur privé, travailleur indépendant, agent de la fonction publique, demandeur d’emploi, jeunes sans qualification, artisan…
  • Le CEP se compose de plusieurs étapes : un entretien individuel pour analyser la situation de la personne, un conseil personnalisé pour élaborer un projet professionnel, un accompagnement pour mettre en œuvre ce projet.
  • Le CEP est un service gratuit.
  • L’accompagnement du salarié se fait sur son temps libre. Sauf si un accord d’entreprise ou de branche prévoit qu’il puisse avoir lieu sur le temps de travail.

 

_____________

Consulter les offres de formation économique du CSE
et formations Consultations du CSE

______________

 

Les représentants du personnel peuvent jouer un rôle de relais dans l’entreprise pour faire connaître ce dispositif et les opérateurs vers lesquels les salariés pourront se tourner (voir l’encadré ci-dessous). Un rôle d’information d’autant plus important que les conséquences de certaines décisions peuvent être lourdes. Ainsi, les salariés qui souhaiteraient démissionner pour projet professionnel tout en bénéficiant de l’assurance chômage, le temps de préparer leur reconversion, doivent obligatoirement être accompagnés par un conseiller CEP ; et cela avant même de présenter leur démission. Au risque de ne pas être indemnisés par Pôle emploi.

Sachez enfin que l’employeur a, lui, l’obligation d’informer le salarié de l’existence du conseil en évolution professionnelle à l’occasion de l’entretien professionnel.

_______________

A lire aussi :
Entretien professionnel, heures du DIF : ce qui change depuis août 2019

_______________

 

 

Qui sont les opérateurs du CEP ?
Quinze structures, sélectionnées par France compétences, assurent le conseil en évolution professionnelle. Les opérateurs de CEP sont membres du Service Public Régional d’Orientation, le SPRO.

On trouve quatre acteurs nationaux :

  • Pôle emploi pour les demandeurs d’emploi,
  • l’Apec pour les cadres,
  • les Cap emploi pour les actifs handicapés,
  • les missions locales pour les jeunes.

 

Douze opérateurs régionaux :

  • sept CIBC (centres interinstitutionnels de bilan de compétences),
  • la CCI de Meurthe et Moselle,
  • les cabinets conseils en ressources humaines Tingari, Catalys Conseil, Anthéa RH et Aksis.

 

Anne-Cécile Geoffroy
A savoir égal
Agence de digital learning en social-RH