La Pro-A : nouvel outil de promotion sociale et professionnelle

Né avec la loi Avenir professionnel du 5 septembre 2018, le dispositif de reconversion ou promotion par l’alternance, baptisé Pro-A, vise à faire monter en compétences les salariés et à renforcer leur employabilité.

pro-a_Celine Marionneau_groupe bleu libellule

Le groupe Bleu Libellule a mis en place le dispositif Pro-A. Céline Marionneau est la responsable de formation.

Si la crise sanitaire a ralenti son déploiement certaines entreprises s’engagent dans le dispositif. C’est le cas du groupe Bleu Libellule, basé dans le Gard. Céline Marionneau, gestionnaire de formation et chargée de recrutement, explique comment le groupe s’est emparé du dispositif.

 

_____________

Consulter les offres de formation Négociation et accord d’entreprise

______________

 

Que peut-on attendre du dispositif Pro-A ?

Le Groupe Bleu Libellule est un grossiste en coiffure et esthétique de 1 000 salariés. Nous disposons de 220 magasins sur tout le territoire, dont une partie est tenue par des franchisés. Chaque année, nous ouvrons de 20 à 30 nouveaux magasins. Nous recrutons donc beaucoup, mais nous avons aussi et surtout besoin de fidéliser les salariés de nos boutiques. La Pro-A est apparue comme une solution efficace pour proposer aux vendeurs de monter en compétences et de devenir manager. Elle nous a aussi permis de traduire en actes les valeurs portées par le groupe : l’audace, la passion, l’ambition, la bienveillance.

 

 

Qui sont les salariés concernés par une Pro-A ?

Tous les salariés ne sont pas éligibles à une Pro-A. Si aucune condition d’âge ou d’ancienneté n’est exigé, l’entreprise doit avant s’assurer du niveau de qualification de celui-ci. En effet seuls les salariés dont le niveau de qualification est inférieur ou égal à bac + 2 peuvent suivre une formation dans le cadre de la Pro-A.

Par ailleurs, ceux-ci doivent être :

– soit en CDI (à temps plein ou à temps partiel),

– soit en contrat unique d’insertion (CUI en CDI).

– soit en activité partielle. Dans ce dernier cas, les salariés peut être en CDI ou CDD.

 

Il est à noter que si l’entreprise est à l’initiative de la Pro-A, l’accord du salarié est indispensable. Sa mise en œuvre doit faire l’objet d’un avenant au contrat de travail. Les salariés peuvent également être à l’origine de cette action de formation.

 

 

Comment avez-vous déployé cette action de formation ?

En novembre 2020, j’ai commencé par chercher un organisme de formation spécialisé dans les métiers du commerce qui pourrait nous accompagner sur ce projet. L’un de nos critères était de pouvoir co-construire et co-animer la formation qui allait préparer nos vendeurs au BTS Manager d’unité marchande (MUM).

Nous avons ensuite présenté le projet aux représentants du personnel lors d’un CSE ainsi qu’aux managers.

Troisième étape, l’appel à candidature. Nous l’avons lancé en février 2021 auprès de tous les vendeurs en CDI. La plupart ont un CAP ou un Bac Pro Vente. Certains n’ont que le brevet des collèges. Nous demandions aux volontaires de poster une vidéo pour expliquer leurs motivations à préparer le BTS MUM. Nous avons reçu 50 candidatures pour les 20 places que nous souhaitions ouvrir. Nous aurions pu débuter la Pro-A dès le mois de mars. Cependant, en raison de la situation sanitaire et du confinement, nous l’avons inaugurée en mai 2021.

 

_______________

Consulter les offres de formation Consultations du CSE

_______________

 

Comment se déroule une Pro-A ?

Pendant 10 mois, les salariés suivent la formation, baptisée BL University, en partie sur leur temps de travail. Tous les mois, ils se retrouvent en présentiel pendant deux jours. Ils doivent également suivre certains modules à distance et y consacrer 9 heures dans le mois en dehors de leur temps de travail. Pour optimiser les déplacements, nous avons créé deux promotions l’une pour le Sud de la France, l’autre pour le Nord.

Tout au long de la formation, les salariés sont suivis et accompagnés par des tuteurs qu’ils ont choisis parmi les managers des boutiques, les directeurs régionaux ou les fonctions support du siège. A l’issue de chaque module le collaborateur doit remplir son dossier professionnel et le présenter à son tuteur qui doit le commenter à chaque fois. Il doit aussi l’aider à préparer au mieux l’examen écrit et oral au cours duquel il devra notamment présenter son dossier à un jury composé de professionnels et de formateurs.

 

Comment formaliser une Pro-A avec le salarié ?

Avant le début de la formation, nous leur avons fait signer un avenant à leur contrat de travail. Celui-ci précise qu’à l’issue de formation et s’ils valident le diplôme, ils deviendront managers dans l’un des magasins que nous ouvrons chaque année.

 

______________

A lire aussi l’article :

La POEC. Un outil de sécurisation des recrutements

_______________

 

 

Quelles sont les certifications éligibles à la Pro-A ?

Pour les connaître, vous devez vous référez à l’accord de branche portant sur la Pro-A et étendu par le ministère du travail. Seules les certifications qui y sont listées sont éligibles.

Par ailleurs, la formation doit être dispensée en alternance sur une période allant de six à 12 mois (elle peut être portée à 24 mois si l’accord de branche le prévoit). La formation théorique doit représenter 15 % à 25 % de la durée totale de la Pro-A (avec un seuil minimal de 150 heures) et jusqu’à 50 % si l’accord de branche le prévoit.

 

Il est à noter que la Pro-A peut également viser l’acquisition du socle de connaissances et de compétences Cléa et Cléa Numérique. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire que l’entreprise soit couverte par un accord de branche ad hoc étendu.

 

 

Anne-Cécile Geoffroy
A savoir égal
Agence de digital learning en social-RH