Salariés. Panorama des dispositifs de reconversion professionnelle

Pour sécuriser les parcours des salariés dont l’emploi est menacé, les pouvoirs publics comptent sur les dispositifs de reconversion professionnelle. En les ciblant de plus en plus sur les métiers en tension. Tour d’horizon des différents outils dédiés à la reconversion.

 

reconversion professionnelle : dispositifs 2020

De nombreux dispositifs de reconversion professionnelle existent, consultez le tableau ci-dessous pour les connaître. Photo : Unsplash

Se reconvertir pour garder un emploi. C’est le message martelé ces derniers mois par les pouvoirs publics pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire. Mais développer la capacité des individus à changer de métier, à passer d’un secteur économique à l’autre n’est pas chose facile. Pourtant de nombreux dispositifs souvent méconnus des salariés existent dans ce domaine.

 

____________________

Consulter les offres de formation Droit social et droit du travail pour élus du personnel
____________________

 

Tous n’ont pas le même objectif. Quand le conseil en évolution professionnelle (CEP) permet de s’informer, d’amorcer une réflexion, de cibler des formations possibles pour réaliser son projet, un bilan de compétences ou encore une VAE permettront aux salariés de travailler plus spécifiquement sur leurs compétences pour les identifier ou les faire reconnaître afin d’évoluer au sein de son entreprise ou de changer de métier.

 

Panorama des dispositifs de formation mobilisables pour une reconversion professionnelle

Dispositifs

Objectifs

Public concerné

Financement

Opérateurs

Le conseil en évolution professionnelle

Création : 2014

Faire le point sur sa situation professionnelle. Travailler un projet. Identifier les organismes de formation et les organismes financeurs. Tous les actifs : salariés du secteur privé et public, indépendants, demandeurs d’emploi… Gratuit – Pôle emploi

– Apec

– Cap Emploi

– Missions locales

– Opérateurs privés sélectionnés par France Compétences.

Bilan de compétences

Création :

1991

Faire le point sur ses aspirations et ses compétences.

Identifier ses points forts et ses points faibles.

Définir son projet professionnel et/ou de formation.

Durée : 24 heures consécutives ou non

Tous les actifs : salariés du secteur privé et public, indépendants, demandeurs d’emploi… Le bilan de compétences peut être financé :

– par l’actif avec son CPF.

 

– par l’entreprise dans le cadre du plan de développement des compétences (PDC) ou d’un congé de reclassement

Opérateurs privés agréés
La VAE

Création :

2002

Valider ses compétences professionnelles pour décrocher une certification (diplômes et CQP inscrits au RNCP). Tous les actifs : salariés du secteur privé et public, indépendant, demandeurs d’emploi…

Condition : justifier d’au moins un an d’expérience en lien avec la certification visée.

VAE à l’initiative du salarié : l’accompagnement à la rédaction du dossier de VAE peut être financé par le CPF.

VAE sur proposition de l’employeur : prise en charge de l’accompagnement via le PDC de l’entreprise

Les organismes de formation dont les certifications sont inscrites au RNCP.
Le projet de transition professionnelle

Création :

2018

Se former pour évoluer ou se reconvertir.

Le PTP est à l’initiative de l’individu.

Tous les salariés quel que soit leur contrat de travail.

Condition : justifier d’une activité salariée d’au moins 2 ans consécutifs ou non, dont 1 an dans la même entreprise.

Demander une autorisation d’absence à son employeur.

Le PTP est financé avec le CPF de transition.

 

 

Les Transitions Pro présents dans chaque région.
Le parcours de transition collective*

Création :

2021

Se former pour se reconvertir vers un métier en tension sur son bassin d’emploi.

Le PTC est à l’initiative de l’employeur

Déploiement du PTP dans le cadre d’un congé de mobilité ou d’un congé de reclassement.

Les salariés dont l’emploi est considéré comme menacé par l’employeur.

Condition : accord du salarié. Le PTP se fait sur la base du volontariat.

Le PTC est financé par le FNE-Formation.

Prise en charge par l’État et l’entreprise en fonction de ses effectifs.

Les Transitions Pro présents dans chaque région.
La Pro-A

Création :

2018

Favoriser l’évolution professionnelle et le maintien dans l’emploi des salariés via un parcours de formation individualisé.

Ce parcours est organisé en alternance (enseignements théoriques/enseignements pratiques) sur une période pouvant aller de 6 à 12 mois (possibilité d’étendre la formation en alternance jusqu’à 24 mois).

Salarié

– en CDI

– en activité partielle

– en contrat unique d’insertion (CUI) à durée indéterminé.

Niveau de qualification inférieur à la licence.

La Pro-A peut être mise en œuvre :

– par l’employeur dans le cadre du PDC,

– par le salarié qui doit en faire la demande.

Les Opco
La POE – préparation opérationnelle à l’emploi

Création :

2009

Parcours alternant une période de formation et une phase d’immersion en entreprise.

Former des demandeurs d’emploi à des emplois à fort besoin de recrutement.

La POE peut être individuelle ou collective.

Demandeur d’emploi, indemnisé ou non par Pôle emploi. La POE est gratuite pour le demandeur d’emploi. Pôle emploi et les Opco

 

_______________________

Consulter les offres de formation Consultations du CSE

________________________

 

Des outils de reconversion à la main du salarié

 

C’est derniers mois, ce sont surtout les dispositifs de reconversion vers les métiers en tension qui sont sous les feux de la rampe. Le PTP (ex-CIF), pour parcours de transition professionnelle, permet au salarié de mobiliser son CPF dans le cadre d’un changement de métier. Pour que le dossier soit validé par les associations Transition Pro en charge du dispositif dans les territoires, le projet doit déboucher sur un emploi porteur dans la région du candidat à la reconversion. L’intérêt du PTP, c’est que le salarié ne rompt pas son contrat de travail pendant sa formation. Celle-ci est prise en charge et le salarié est rémunéré.

Autre dispositif à la main du salarié : la démission pour reconversion. Les candidats qui souhaitent quitter leur emploi pour changer de cap en bénéficiant du chômage le temps de retrouver un poste ou de créer leur activité doivent, avant même de démissionner, passer par le conseil en évolution professionnelle (CEP). L’objectif : préparer sa reconversion en identifiant toutes les opportunités ou les difficultés que l’on peut rencontrer sur cette route. Car l’aventure peut être risquée si elle n’est pas bien préparée.

 

____________________


Consulter les offres de formation économique du CSE

____________________

 

Des outils à l’initiative des employeurs

Parallèlement à ces dispositifs qui restent avant tout à la main du salarié, les employeurs peuvent actionner d’autres outils. Comme la Pro-A. Cet outil de « promotion et reconversion par l’alternance » est né avec la loi du 5 septembre 2018. Son objectif : favoriser l’évolution professionnelle et le maintien dans l’emploi des salariés les moins qualifiés via un parcours de formation individualisé en alternance. La Pro-A doit être encadrée par un accord de branche étendu qui cible les certifications éligibles. L’État a mis du temps à étendre les premiers accords de branche dans le domaine, faute de vraiment pouvoir les financer. Depuis, dans le cadre du plan de relance, le gouvernement a mobilisé de nouveaux crédits (270 millions d’euros) pour booster la Pro-A.

Enfin, un nouveau dispositif devrait voir le jour début 2021 : le parcours de transition collective (lire l’article). Un dispositif à la main de l’employeur qui vise à orienter les salariés dont l’emploi est menacé vers les métiers en manque de main d’œuvre.

 

Anne-Cécile Geoffroy
A savoir égal
Agence de digital learning en social-RH